Antonio & Gabi - La Passion d'un Amour Impossible Index du Forum
Antonio & Gabi - La Passion d'un Amour Impossible
Retrouvez le couple le plus touchant de Sunset Beach : Antonio et Gabi
 
Antonio & Gabi - La Passion d'un Amour Impossible Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: La proposition ::
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Antonio & Gabi - La Passion d'un Amour Impossible Index du Forum -> Créations -> Fanfictions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 30 Mar - 14:44 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Une idée qui m'est venue et qui me torture assez l'esprit je dois dire lool

Sommaire: Antonio, désespéré, vient proposer quelque chose de désespéré. (Ca c'est du sommaire mdr)

&&&&&

La proposition.



Francesca Vargas était assise sur son lit, sirotant son gin tonic et triturant la télécommande du téléviseur magnétoscope, pensive.
C’était une voleuse. Elle avait besoin d’argent, elle en voulait et maintenant elle avait un bon moyen d’en obtenir : une cassette vidéo.
Elle eut un sourire rien qu’à la pensée de tenir Gabi et Antonio….. le Père Antonio Torres. Et oui qui aurait pu dire un jour que le cher Père Antonio aurait quelque chose à se reprocher !? Mise à part sa naïveté sans doute.
Se mettant à se souvenir avec nostalgie de Rosario, ell sentit tout de même une pointe de jalousie. Gabi avait réussi là où elle, elle avait échoué : mettre Antonio dans son lit.
Enfin façon de parler, et ça n’était pas faute d’avoir essayé, mais il avait été très attentif à ne pas rompre ses vœux.
Tu parles !
Bref de toute manière maintenant elle le tenait !
Regardant la télécommande qu’elle avait en main, elle était sur le point de mettre en route la fameuse cassette, pour vérifier que c’était toujours le bon contenu, quand on frappa à la porte.

Toc. Toc.

Elle se leva pour aller ouvrir et fut agréablement surprise de trouver l’homme qui occupait justement ses pensées.

-Oh tiens Mon Père, je pensais justement à vous !

Antonio la fixa, mal à l’aise.

-Francesca, je peux entrer, s’il vous plait ?

A le regarder il avait une faveur à lui demander. Très bien !

-Allez-y, mais vous n’avez pas peur qu’on se fasse des idées ?!

Ses yeux firent le tour de la pièce mais évitèrent bien consciencieusement de la regarder.

-Ok qu’est-ce que vous venez faire ici Antonio !?

-Je suis venu pour vous parlez. Pour vous proposer un marché.

-Là ça devient intéressant ! Vous avez enfin l’argent ?

-Non mais…..

-Alors revenez quand vous l’aurez !

-Je ne pensais pas à ce genre de marché.

- Alors à quoi pensez-vous ? Qu’est-ce que vous avez donc à m’offrir et qui pourrait m’intéresser ?!

Avec un sourire timide il se lança.

-Réfléchissez Francesca. Réfléchissez bien.

-Je ne vois pas bien ce que je voudrai mis à part votre…….

Stupéfaite, elle le dévisagea.

-Vous n’êtes pas sérieux !?

-Ecoutez Francesca je…..

-Et qu’est-ce qui vous fait dire que je ne vais pas refuser ?!

-Vous aviez l’air de plutôt me courir après à Rosario !

-Ne vous flatté pas trop, Padre ! Et je ne suis vraiment pas intéressée !

-Ca j’en doute.

-Vous êtes désespéré et un homme désespéré ne fonctionne pas très bien si vous voyez ce que je veux dire !

Elle lui fit un clin d’œil et il fut sur le point de s’indigner, mais il se retint, il avait des choses plus importantes à faire. Elle remarqua quand même son air outragé, ce qui la fit sourire.

-Ne vous en faites pas Antonio je suis bien placée pour savoir que vous savez satisfaire une femme !

-Francesca !!

-Quoi !? J’ai la preuve en image, vous voulez voir ?

-Ca suffit !! Qu’est-ce que vous voulez ?

-Je ne sais pas encore….. Des infos croustillantes peut-être !

-Sur quoi ?

-Sur vous et votre maitresse !

-Elle n’est pas ma maitresse.

-Bien sur ! Vous l’appelez comment vous !?

-Gabi aime Ricardo. Ils sont faits pour être ensemble.

-Ca marche ?

-Qu’est-ce qui marche ?

-Vous vous êtes convaincu ?

-Francesca…….. Vous ne pouvez pas comprendre.

-Peut-être bien mais en tout cas je comprends que vous tenez assez à votre sacro sainte réputation pour venir jusqu’ici et vous offrir à moi !

-Vous voyez, vous ne comprenez pas !

-Alors expliquez-moi !

-Ca n’est pas pour moi que je fais ça. Si jamais Ricardo venait à découvrir le contenu de cette cassette ça l’anéantirait.

-Vous êtes bien humble, vous vous offrez en sacrifice pour votre frère. Ou bien serait-ce pour elle Antonio ? …… C’est pour elle, n’est-ce pas ? ! Je me suis renseignée vous savez, et votre oie blanche ne l’est pas tant que ça ! Si mes informations sont exactes elle a volé le petit ami de sa sœur !

-Et vous n’avez pas ça en commun c’est ça ?!

-Je ne vole les petits amis de personne moi !

-Non juste les maris.

-Hors de propos. Revenons plutôt à cette chère Gabi. Comment vous a-t-elle séduit ?

-Elle ne l’a pas fait.


-Tiens donc. C'est juste arrivé comme ça alors !

Et se faisant elle s’avança vers lui et arrêta sa bouche à deux centimètres de la sienne, pour finalement se placer près de son oreille.

-Menteur ! Vous savez pour un prêtre vous commencez à cumuler beaucoup de pêchés !

-Bon Francesca qu’est-ce que vous voulez à la fin ! Si vous ne voulez pas de…..

-Je n’ai jamais dit que je ne voulais pas, mais de savoir que vous le faites pour elle me refroidit un peu. Vous avez décidemment le don du sacrifice Antonio ! C’est dommage j’aurai aimé savoir ce que vous valez. Enfin je peux toujours questionner mademoiselle Martinez, future madame Torres. D’ailleurs Antonio ça ne vous fait rien de savoir que dans peu de temps elle deviendra une Torres mais qu’elle ne sera pas votre épouse ?

-Ca ne vous regarde pas !

-Oh oh je vois que j’ai touché un nerf. En tout cas vous savez ce qui vous reste à faire si vous ne voulez pas que cette cassette tombe entre les mains de votre frère. J’imagine qu’il le prendrait très mal s’il savait ce que vous faites derrière son dos !

-Francesca vous…..

-Non je ne reviendrai pas là-dessus. Je veux l’argent Antonio ou sinon Ricardo et le reste de Sunset Beach verra qui vous êtes vraiment !

Après un dernier regard noir, il quitta la chambre non sans avoir claqué la porte de cette dernière.

-Cette rencontre fut des plus divertissantes, je me demande ce qu’en penserait Gabi si elle savait ce que son amant m’a proposé !?

Sur cette dernière pensée, Francesca ne put retenir un large sourire. Ca pourrait devenir encore bien plus amusant que ça ne l’était déjà si elle semait le trouble entre les deux amants interdits ! Sortant la cassette du magnétoscope et la rangeant dans son sac, elle quitta à son tour la chambre.

&&&&&
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 30 Mar - 14:44 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 03:01 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 2:

Gabi se séchait les cheveux en se demandant qui avait bien voulu la joindre. Elle avait entendu le téléphone sonner à plusieurs reprises mais étant sous la douche elle avait autre chose à faire. Alors quand on frappa à la porte elle s’approcha sans faire attention.

-Francesca !?


-Gabi. Vous attendiez quelqu’un d’autre sans doute ?

-Non.

-Même pas ce cher Antonio ?

-Qu’est-ce que vous voulez ?

-Discuter.

-De quoi ?

-Oh je crois que vous savez très bien de quoi ! Ou devrai-je dire de qui plutôt.

Elle poussa Gabi pour entrer, fit le tour de l’appartement du regard et sourit en voyant plusieurs photos du trio.

-C’est compliqué l’amour, n’est-ce pas Gabi !? Surtout lorsqu’on est amoureuse de deux hommes à la fois !

Gabi eut un mouvement de recul, exaspérée.

-Et vous êtes venue jusqu’ici pour me dire ça ?!

-Non. Je suis venue pour vous dire qu’Antonio est passé me voir. Vous devriez faire attention, un homme ça peut devenir très volage, même lui !

-De quoi vous parlez !?

Bien, Gabi n’avait pas la moindre idée de ce dont elle parlait.

-Notre cher Père Antonio est venu me voir avec un marché qui pourrait lui enlever à tout jamais le titre de Père, si vous voyez de quoi je parle.

Gabi secoua la tête, troublée. Ca n’était pas possible.

-Non je ne vois pas.

-Voyons très chère ça n’est pas si difficile pourtant. Il est venu à moi avec une certaine idée en tête.

-Je ne vous crois pas !

Francesca vit que Gabi faisait tout pour rester sous contrôle, mais ses yeux brillant de colère la faisait jubiler.

-Oh Gabi vous n’avez pas la moindre idée des portes que vous lui avez ouvertes !

-Il ne…. Jamais il ne…. Et même si c’était le cas sachez que ça n’a rien à voir avec vous !

-Je dois bien admettre que vous avez raison sur ce point. Mon amour propre en a prit un coup ! Il est venu me voir parce qu’il sait qu’à une époque je n’aurais pas dit non, et en échange je lui remettais la cassette.

Gabi sentit la panique l’envahir de façon irrationnelle.

-Vous lui avez donné la cassette !!??

Francesca explosa de rire devant la mine déconfite de la jeune femme en face d’elle.

-Pourquoi ne me demandez-vous pas si j’ai couché avec lui ?! Parce que c’est bien ça la question qui vous brûle les lèvres non ?!

Un silence pesant s’abattit pendant deux minutes. Gabi ne tenant plus le lui demanda.

-Alors ? Il a… ? Vous avez….. ?

Francesca prit un malin plaisir à attendre avant de répondre. Voir Gabi aussi paniquée, ne pouvant contrôler les émotions qui la submergeaient, avait un coté jubilatoire.

-Non Gabi. On aurait dit qu’il venait à l’abattoir, très peu pour moi !

Un poids lui tombait des épaules.

-Pourquoi venir ici pour me raconter tout ça ?

-Pour voir votre tête ! Et croyez moi ça valait le détour !

Secouant la tête, elle eut un petit sourire désabusé.

-Antonio à beau jurer devant son Dieu que vous et lui n’êtes pas amants mais vos réactions à tous les deux sont éloquentes.

-On n’est pas….. !

-Peut-être ou peut-être pas. En tout cas il ne sert à rien de nier vos sentiments l’un pour l’autre !

Elle repensa à Cole, à leur histoire, et à l’occasion qui ne se représentera pas apparemment.

-Je ne comprends pas pourquoi vous restez tous les deux ici alors que vous pourriez très bien vous enfuir !

C’est ce qu’elle ferait si Cole la laissait faire.

-Parce qu’il n’ya pas que nous à prendre en compte Francesca, mais ça je ne m’attends pas à ce que vous compreniez.

-Sans doute. Enfin ça ne change rien à l’histoire, je veux l’argent. Alors vous et votre petit prêtre adoré allez mettre le turbo c’est clair ?!

-Mais….

-Je ne veux pas le savoir Gabi ! Vous allez vous débrouiller j’en suis sûre ! Bye !

Sur ce elle quitta le loft, laissant une Gabi plus désemparée que jamais mais également très en colère. Elle s’habilla en quatrième vitesse, prit son sac et fila à la mission.

&&&&&
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 6 Avr - 02:13 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 3:

Antonio semblait être dans son bureau. Elle entra sans prendre la peine de frapper, mais prit soin de claquer la porte derrière elle.

-Gabi !? Ca va ?


Il ne lui avait jamais vu un regard aussi sombre, pas dirigé vers lui en tout cas.
Si un regard pouvait tuer…..

-Qu’est-ce qui se passe ?

-Tu te fiches de moi !!??

Il se leva de derrière son bureau et s’approcha d’elle. Elle avait toujours les bras croisés sur sa poitrine, en position défensive.

-Gabi…..

-Pourquoi ?

-Pardon ?

-Pourquoi tu as été voir Francesca ?!

-Tu sais pourquoi.

-Non je ne sais pas pourquoi ! Elle a quelque chose sur nous et toi tu vas lui donner encore plus de preuves pour nous enfoncer !!

-Ca n’a plus aucune importance Gabi.

-Pour moi ça en a. Qu’est-ce qui t’as prit ?

-Je n’en sais rien. Je voulais juste essayé d’arranger les choses.

-En couchant avec elle ?

Il put voir combien elle était peinée.

-Je ne sais pas ce que Francesca t’a dit mais je n’ai pas couché avec elle.

-Je sais. Mais tu y as pensé.

-J’essayais de trouver une autre solution.

-Oui et bien ce n’était pas la bonne.

-Je sais ça maintenant.

La tension retomba quelque peu.

-Qu’est-ce qu’on va faire Antonio ?

-Je n’en sais rien, il y’a plusieurs alternatives je crois. Soit on arrive à avoir son argent.

-Ca m’a l’air compromis pour l’instant.

-Soit on subtilise la cassette. Ou alors je peux toujours essayer de la convaincre de laisser tomber.

-N’y penses même pas !

-De toute façon elle ne veut pas de moi.

-Antonio !

Elle lui tapa le bras.

-Tu sais bien que je plaisante.

-Ca n’est pas drôle. Et puis je ne suis pas certaine que Francesca dirait non une seconde fois.

Il la regarda en lui souriant tendrement.

-Quoi ?

-Rien c’est juste que tu es très belle quand tu es jalouse.

-Antonio….

Il fallait qu’il cesse ça de suite, ça lui faisait beaucoup trop mal. Comment elle pouvait continuer à mener sa vie avec Ricardo quand il lui disant ce genre de choses et la regardait de cette manière !?

-Je suis….

Elle plaça son index sur ses lèvres.

-Chut. Tu sais très bien que je ne suis pas désolée et je sais que tu ne l’es pas non plus.

Et c’était vrai, bien que cette vérité soit dérangeante. Ils se regardèrent, troublés par cette soudaine promiscuité.

Elle savait que l’un d’eux devait rompre le contact sinon ça les emmèneraient à faire quelque chose qu’ils risquaient de regretter. Ou de ne pas regretter.
C’est ce qui était sans doute le plus triste dans cette histoire.
Elle réussi néanmoins à détourner son regard du sien.

-Il faut que j’y aille.

Elle lui déposa un léger baiser près de la commissure des lèvres.

-Je sais. A plus tard.

Il secoua la tête quand la porte de son bureau se referma.

Ca devenait de plus en plus dur chaque jour, mais maintenant avec les menaces de Francesca, il se devait de rester concentré, pour elle comme pour lui.

&&&&&
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Lun 6 Avr - 02:14 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 4:


Ca faisait maintenant deux jours qu’il tournait le problème dans tous les sens, sans obtenir aucun résultat satisfaisant. Regardant sa montre, il vit que c’était l’heure des confessions.
En une heure et demie de confessions il se dit qu’il avait décidemment tout entendu.
S’apprêtant à sortir du confessionnal, il fut stoppé par une voix qu’il ne connaissait que trop bien.

-Pardonnez-moi Mon Père car j’ai pêché.

-Francesca….. Qu’est-ce que vous venez faire ici ?

-Je suis venue me confesser, c’est bien ce que l’on est supposé faire ici, non ?! Et aussi voir comment se déroule notre petite affaire.

-Francesca ! Pas ici !

-C’est ce que vous dites aussi à votre maitresse ?!

Elle l’entendit plus qu’elle ne le vit grincer des dents.

-Pardon, à Gabi.

-Ca suffit !

Il sorti précipitamment du confessionnal pour aller la chercher et la poussa prestement dans son bureau. Elle examina son poigné endolori.

-Vous m’avez fait mal !

-Ce que vous avez fait est…. Francesca ici on se recueille, on prie, ça n’est pas un lieu de débauche comme vous vous évertuez à le faire croire. Vous vous trompez sur mon compte.

-Oh j’en suis sûre! Et que dirait mademoiselle Martinez à ce sujet ?!

-Arrêtez ce petit jeu !

-Arrêtez-moi !

Elle posa ses mains sur son torse, les remontant dangereusement. Il lui emprisonna les mains avant qu’elles ne viennent défaire les boutons de sa chemise.

-Francesca je vous conseille d’arrêter ça maintenant.

-Pourquoi ?

-Croyez-moi vous n’allez pas apprécier le résultat.

-Ah oui ?!

La lueur de défi dans ses yeux lui montra qu’au contraire voir ce résultat était tout ce qu’elle attendait.

-Hum hum.

-Ricardo !

-Je n’interromps rien j’espère ?!

Antonio baissa les yeux sur les poignets de Francesca qu’il tenait encore en main.

Ils étaient beaucoup trop proche, il la relâcha alors et se recula.

-Non inspecteur Torres.

-Non, bien sur que non Ricardo !

-Alors, de quoi étiez-vous en train de parler ?

-Voyez-vous nous étions en train de parler de votre charmante fiancée.

Elle vit les yeux d’Antonio s’agrandir de stupeur.

-De Gabi ?!

-Oui, entre autre.

Ricardo tourna alors la tête vers son frère pour constater qu’il était d’une pâleur inhabituelle.

-Ca va frangin ?

Francesca ce dit que cette diversion pouvait être une bonne porte de sortie.

-Il va bien. Je vais devoir vous laisser messieurs. Antonio repensez à notre petite discussion, et si vous avez besoin d’une infirmière je suis là !

Elle lui fit un clin d’œil et disparu.

-Ok c’était quoi ça ?!

-Je ne vois pas de quoi tu veux parler Ricardo.

-Déjà qu’est-ce qu’elle venait faire ici ?

-Elle est venue pour me parler.

-De quoi ?! De Gabi !?

-Non. De…. de Cole.

Antonio avait sorti la première idée qui lui passait par la tête, et à voir Ricardo qui ne bronchait pas il avait eu raison.

-D’accord. En tout cas y’a pas à dire elle n’a vraiment pas froid aux yeux. S’attaquer au mari d’une autre c’est une chose, s’attaquer à un prêtre en est une autre !

Antonio eu subitement un flash de Gabi allongée sous lui. Secouant la tête il essaya de se concentrer.

- Ecoute je ne sais pas ce qui se trame avec cette femme, mais elle est dangereuse. Je sais que ça fait parti de ton job mais devenir son ami n’est vraiment pas la chose à faire en ce moment.

-Crois-moi ce n’est pas mon intention.

-Ok.

Son bipper se mit à sonner.

-Faut que j’y aille.

Il s’arrêta, contrarié.

-Antonio, tu pourrais…. Est-ce que tu pourrais garder un œil sur Gabi ? Je ne veux vraiment pas qu’elle ait affaire à Francesca.

-Bien sur. Pas de problème.

-Merci T.

Et il parti, laissant derrière lui Antonio souriant d’un air désabusé, son frère lui demandant de veiller sur Gabi.

Bien sur il le ferait, il ne rêvait que de ça, mais il n’était pas sur que Ricardo ait la même idée en tête que lui.
Si seulement il savait….

&&&&&
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Mar 7 Avr - 00:58 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 5:

Avec tout le stress qu’avait provoqué Francesca ces dernières semaines, Gabi n’avait pas été très attentive à Ricardo, mais ce midi elle pensait qu’une pause déjeunée surprise allait leur faire du bien à tous les deux.
Ils mangeaient tranquillement leurs sandwichs, parlant et regardant les gens sur la plage quand Ricardo se retourna vers Gabi, inquiet.

-Ca fait longtemps que tu connais Francesca ?

Gabi s’arrêta de respirer, puis se détendit doucement.

-Comme tout le monde, depuis qu’elle est arrivée ici. Pourquoi ?

-Mais tu la connais bien ?

-Non…. Ricardo qu’est-ce que…

-J’ai un mauvais pressentiment concernant cette femme. Tout à l’heure quand je suis allé voir Antonio, ils avaient l’air….. je sais pas, en conversation très privée.

Là elle eut un mouvement de recul, son cœur battant la chamade.

-Quoi !? Qu’est-ce qu’ils faisaient ?

-J’ai interrompu une dispute je crois. C’était bizarre, il la retenait contre lui.

Il ne remarqua pas le hoquet de stupeur qu’elle eut en entendant la nouvelle.

-J’ai l’étrange impression qu’ils se connaissaient avant.

-Comment ça « avant » ?

Il haussa les épaules.

-Je sais pas. Avant, avant qu’il ne devienne prêtre peut-être.

Elle prit une grande inspiration avant de poser la question suivante.

-Qu’est-ce qui te fais dire ça ?

-Une impression. Ils avaient l’air d’être prit en faute. Enfin lui plus qu’elle. Francesca a même prit la liberté de flirter avec lui et de lui faire un clin d’œil avant de partir. Tu ne fais pas intentionnellement du rentre dedans à quelqu’un que tu connais à peine, à fortiori si c’est un prêtre.

Gabi faisait vraiment tout pour se contrôler, mais elle n’était pas sûre de faire du bon travail.

Il secoua la tête en souriant. Il n’avait rien remarqué, comme souvent, et elle en fut soulagée.

-Enfin je dois me faire des idées. Il a prononcé ses vœux, il est bien au dessus de tout ça.

Il vit qu’elle s’était arrêtée.

-Gabi ça va ?

Inspirant lentement, elle lui répondit que tout allait bien, même si ça n’était pas l’exacte vérité.

Il lui prit alors la main et continua à marcher.

-C’est drôle, je ne m’étais jamais demandé quel était le genre de femmes d’Antonio avant maintenant.

Elle resserra son emprise sur sa main.

-Ah.

-Mais je ne pense pas que Francesca soit son genre de femme de toute manière. Par contre je sais qu’il aurait pu tomber fou amoureux de toi. Quel homme ne le serait pas ?!

-Ricardo arrête !

Il éclata de rire.

-Voyons Gabi je plaisante. Enfin non, il faudrait être fou pour ne pas t’aimer, mais je sais bien qu’Antonio ne ferait jamais une chose pareille.

Elle gesticula, mal à l’aise.

-Et puis tu nous aurais vus nous battre tous les deux pour te conquérir !?

Elle lui lâcha la main et remit une mèche de cheveux derrière son oreille.

-Ricardo, Antonio n’est pas du genre à….

-Je plaisante Gab’. Ce n’est pas la peine de défendre mon petit frère.

Il rigola, ne pouvant rêver mieux. Sa future femme et son frère s’entendant à merveille.

Il s’arrêta quand il remarqua qu’elle semblait pleurer.

-Gab’ ? Ca va chérie ?

Non ça n’allait pas du tout !!

-Oui, c’est rien, juste la fatigue.

Il s’approcha d’elle et glissa tendrement la main dans ses cheveux.

-Tu sais que je t’aime.

Elle acquiesça, retrouvant un semblant de contrôle sur ses émotions.

Il savait qu’elle avait besoin d’être rassurée, de savoir qu’elle était le genre de femme dont on tombait amoureux parce que….. parce qu’il était difficile de faire autrement.

-Et tu sais qu’Antonio est fou de toi !

Une seule et unique larme réussi à franchir la barrière cette fois, à l’annonce de cette vérité si flagrante.

Il l’embrassa sur la joue.

-Aller viens, ma pause déjeunée n’est pas à rallonge !

-Ouais….

Et pour détendre l’atmosphère, il crut bon d’ajouter une dernière boutade.

-Et puis tout le monde sait que j’aurai été le vainqueur !

Et tout doucement elle murmura.

-N’en sois pas si sur….

&&&&&
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Mar 7 Avr - 00:59 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 6:

Après avoir raccompagné Ricardo au poste, elle marcha le long de la promenade.
Elle se retrouvait prisonnière d’un tourbillon de sentiments qu’elle n’arrivait pas à comprendre. La seule chose qu’elle savait c’était que Francesca était fautive.

Elle décida alors de payer à cette très chère Francesca une petite visite.

-Gabi ! Qu’est-ce que vous faites là ?

-Je suis venue pour vous prévenir Francesca. Ne vous approchez plus d’Antonio.

-Tiens donc. Et pourquoi je ferai ça ?!

-Parce que c’est dans votre intérêt.

-Mon intérêt !? Gabi je crois que vous n’avez pas bien saisi qu’elle était la situation. VOUS avez péché. VOUS avez fait l’amour avec Antonio, un prêtre, qui plus est le frère de votre fiancé. Et J’AI la preuve de VOS galipettes, alors ne venez surtout pas me menacer Gabi.

Elle ne se laissa pas démonter pour autant.

-Je vous défends de l’approcher !!

-Sinon quoi ?! Vous voulez vraiment que je montre la cassette à Ricardo Gabi ?! Ou peut-être est-ce que vous cherchez !?

-Non ! ….. Francesca pourquoi vous faite ça ?!

-Je vous l’ai déjà dit, j’ai besoin de cet argent.

-Non, pourquoi vous vous amusez à nous torturer.

-Oh ça. Et bien j’avoue trouver ça très divertissant.

-Mais…

Gabi se détourna d’elle, pour cacher les larmes qui menaçaient de couler.

Elle s’arrêta à la vue d’un carton de cassette près du lit. Bingo !
Il fallait juste qu’elle trouve le moyen de revenir ici pour vérifier leur contenu sans que Francesca ne s’y trouve.

-Gabi ?

Elle sursauta.

-Quoi !?

-Vous voyez c’est pour ça que ça m’amuse. Vous êtes à bout nerf, vous ne voulez pas que votre fiancé sache que vous êtes amoureuse de son frère. Quant à lui, il n’a plus l’air vraiment en phase avec ses vœux. Je suis sûre qu’un petit rien peut le faire craquer. Et si vous ne voulez pas tenter votre chance, moi je ne la manquerai pas !

Gabi s’approcha d’elle, levant la main.

-Vous n’êtes qu’une…..

Francesca lui attrapa la main au vol.

-Tss tss. Vous n’avez pas retenu votre leçon Gabi. Vous - n’avez – pas – de – quoi – me - menacer!

Et avec ça elle la poussa dehors et claqua la porte.

-A bientôt très chère !

Secouant la tête, elle se dit que c’était vraiment trop facile de les faire sortir de leurs gonds.

Quand elle vit le carton de cassettes dehors, elle s’avança vers son lit et le glissa en dessous.
Elle n’avait pas intérêt à ce que quelqu’un trouve la cassette compromettante. Ce qui lui fit repenser à cette époque.
Elle se souvenait parfaitement d’avoir rencontré Carmen, la mère d’Antonio, une voyante, qui expliquait que la carte de mort qu’elle venait de tirer ne signifiait pas une mort mais une renaissance dans ce cas précis. Elle se rappelait aussi que Carmen était partie sans avoir retourné la dernière carte, ce qu’elle avait fait, et qu’après la surprise passée elle n’avait pas prit au sérieux la carte des amants qu’elle avait découvert.
Et pourtant la voilà maintenant, faisant du chantage à un prêtre et sa maitresse.
Elle ne pouvait plus douter des pouvoir de la célèbre Madame Carmen à présent !

&&&&&
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Jeu 9 Avr - 00:15 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 7:


Elle entra dans ce magasin étrange pour avoir une petite entrevue avec l’une des seules voyantes de la ville.

-Bonjour.

Elle sursauta.

-Bonjour.

-Que venez-vous faire ici ?

Elle ouvrit la bouche pour la refermer aussitôt. Elle était chez une voyante, qui pouvait lui lire l’avenir…. l’avenir avec Cole.

-A votre avis !? J’ai besoin de votre clairvoyance pour une histoire de cœur. Voyez-vous il y a cet homme, Cole, qui s’est entiché de….

-Non ! Ce n’est pas la raison qui vous a menez jusqu’à moi.

Francesca eut un mouvement de recul. Elle était douée, mais peut-être pas aussi douée. Elle décida alors de voir ce qu’elle savait au sujet de son fils.

-Je suis venue pour vous parlez de votre fils. On s’est connu il y a longtemps, à Rosario.

-Antonio…. Qu’est-ce que vous lui voulez !?

-Qui vous dit que c’est moi qui lui veux quelque chose ?!

Carmen fronça les sourcils, intriguée. Que pouvait bien vouloir cette femme à son bébé !?
Francesca voyait qu’elle avait enfin sa pleine attention, et elle en profita pour changer de sujet.

-Et si je vous parlais de votre future belle-fille.

-Non, je ne veux pas parler de cette…. cette femme qui trompe mon fils ! Et puis qu’est-ce qu’elle à avoir avec mon Antonio ?

-Oh beaucoup de choses. Bien plus que vous ne pouvez l’imaginer.

Francesca commençait à l’énervé de plus en plus. C’était déjà assez frustrant de voir Gabi dans la vie de Ricardo et de savoir qu’elle était proche d’Antonio, mais elle n’aimait pas du tout ce que cette femme sous entendait.

-De quoi vous parlez ?

-Antonio est un homme très séduisant Carmen, c’est tellement dommage qu’il ait choisi une voie sans issue.

-Je ne vous permets pas !

Francesca éclata de rire devant son air outré.

-J’en connais plus d’une qui voudrait bien avoir une petite discussion avec lui sur les voies impénétrables du Seigneur.

Une gifle partie sans crier gare, laissant un sourire satisfait sur les traits de Carmen et Francesca se tenant la joue endolorie.

-Catin !

Nouvel éclat de rire de la part de Francesca. Décidemment cette famille était fort divertissante.

-Quel vilain mot sortant d’une si gentille personne. Vous n’êtes pas sensée apporter un peu d’espoir aux personnes qui en ont besoin ?

-Je n’apporte pas d’espoir. J’apporte la vérité, la destinée.

-Et bien moi je vais vous la donner la vérité. Votre fils a été un vilain, vilain garçon.

-De quoi….

-Bonne journée Carmen !

Francesca sorti de ce boui-boui avec un sourire des plus satisfaits.

Carmen quant à elle, était plus déboussolée que jamais, ce que cette femme lui avait mit en tête ne lui plaisait pas du tout et elle avait besoin de tirer ses cartes pour y voir plus clair.

&&&&&
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Jeu 9 Avr - 00:16 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 8:


Antonio, sous pression depuis quelque temps, avait décidé de s’aérer en se baladant sur la plage.
Au bout de plusieurs minutes il distingua, au loin, Cole en grande conversation avec une personne qu’il ne voyait pas. Remarquant que la conversation devenait agitée il s’avança vers eux avant que ça ne dégénère, et bien vite il voulu faire demi tour en comprenant qui était la personne qui se disputait avec Cole, Francesca.

-Antonio !

Il se retourna vers eux, et salua Cole.

-Bonjour Cole. Que se passe-t-il ici ? J’ai l’impression qu’une nouvelle tempête va s’abattre sur Sunset.

Cole fut surprit du manque de civilité d’Antonio envers Francesca, mais vu que la principale intéressée n’avait pas l’air de s’en offusquer, il enchaina.

-Ce n’est rien Antonio. Francesca et moi avons une divergence d’opinons, rien qui ne puisse se régler immédiatement.

-Vous êtes sur que tout va bien Cole ?

-Oui, merci.

Il regarda sa montre pour effacer un certain malaise.

-Il se fait tard, je vais aller rejoindre Caitlin et Trey.

Antonio ne demandait pas mieux que de sauter sur cette excuse pour éviter Francesca.

- Laissez-moi-vous accompagner un peu.

-Hum hum.

Ils avaient commençaient à avancer quand le raclement de gorge de Francesca les rappelèrent à l’ordre.

-Antonio j’aurai besoin de vous parler.

-Non !

Cette fois ci Cole n’eut plus aucun doute, elle avait encore mit son nez dans des histoires qui ne la regardait pas et ça avait prodigieusement énervé Antonio.

Ce n’était pas ses affaires, haussant les épaules, il rattrapa Antonio qui s’était remit à marcher.

-J’ai croisé votre adorable mère Antonio !

Antonio pila net. Ca y’est elle avait son attention.

-Cole je vais devoir…. m’occuper de certaines choses. Vous pourrez dire bonjour à Catlin et embrasser Trey pour moi ?

-Bien sur. Bonne soirée.

Cole les quitta, se demandant ce que Francesca pouvait bien comploter cette fois ci.

Antonio se rapprocha d’elle, les yeux brillant de colère.

-Qu’est-ce que vous avez encore fait Francesca !?

Elle sourit doucement.

-Moi ?! Rien. Je voulais juste une petite séance de tarots.

Il lui attrapa le bras et l’emmena à lui.

-Oh si j’avais su qu’il me suffisait de voir votre mère pour vous avoir aussi près je l’aurai fait plus tôt !

Agacé, il la relâcha.

-Qu’est-ce que vous lui avez dit ?

-N’ayez pas peur, je ne lui ai pas parlé de vos petites sauteries avec Mademoiselle Martinez. Pas encore.

-Francesca…….

-Mais continuez comme ça et ça ne devrait pas tarder.

Il baissa les yeux.

-Je lui ai juste dit que la gente féminine trouvait que de mettre un col blanc sur un si beau corps était du gâchis.

-Pardon !!?

Elle le trouvait encore plus désirable lorsqu’il était en colère.

-Enlevez cet air outragé Antonio ! Vous savez très bien que vous êtes séduisant. Sinon pour répondre à votre question, nous avons aussi parlé de Gabi.

-Je croyais que vous…….

-Relax je n’ai rien dit sur vous deux. Par contre j’ai pu constater qu’elle ne faisait pas partie du top 5 de votre mère. C’est quand même curieux que Carmen sache que Gabi a un amant sans savoir que c’est vous !

-Je ne suis…..

-Oui comme vous voulez. En tout cas je suis sûre que votre mère se pose tout un tas de questions maintenant.

-Qu’est-ce que vous lui avez dit ?

-Oh j’ai peut-être émis l’hypothèse que vous n’étiez pas un si gentil garçon que ça après tout.

Oh oh. Il fallait qu’il trouve sa mère.

-Vous savez quoi Francesca. Peu importe. Elle ne vous croirait pas de toute façon.

-Vous croyez ?! Même si je lui montre la preuve…..

-Ca vous ne le ferait jamais ! Je ne vous laisserai pas faire.

Elle se rapprocha doucement de lui.

-Comment ?

Il se recula, puis se retourna pour partir. Une main vint l’en empêcher.

Le temps s’arrêta l’espace de deux secondes, puis il retira prestement sa main de la sienne, et la regarda étrangement.

-Francesca j’en ai assez de vos petits jeux ! Vous voulez votre argent et vous allez l’avoir alors ne vous faites surtout pas de fausses idées !

Sur ce il parti définitivement. Une fois qu’il fut assez loin, elle murmura.

-Ca n’est pas moi qui suis venu avec cette idée en tête.

Et elle sourit, confiante. Après tout le peu de promiscuité qu’ils avaient partagé l’avait déjà infiniment troublé.

&&&&&
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Jeu 9 Avr - 21:56 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 9:


Il devait voir sa mère. Il le fallait, et il avait beau se répéter ça devant son magasin, l’envie d’affronter les foudres de sa mère n’était pas une perspective réjouissante.
Il souffla pour se donner du courage et entra.

-Bonjour mama.

Elle fut surprise de le trouver ici.

-Antonio m’hijo ça va ?

Elle le serra dans ses bras.

Bien, elle n’avait pas l’air en colère après lui, ce qui l’intrigua. Il fallait qu’il sache ce que Francesca lui avait vraiment dit.

-Mama j’ai quelque chose à te demander. Une femme est venue te voir tout à l’heure….

-Si.

-Qu’est-ce qu’elle t’a dit exactement ?

-Alors c’est vrai !? Dios mio.

-Qu’est-ce qui est vrai ?

-Elle m’a dit que vous vous connaissiez.

-Oui c’est vrai.

Carmen baissa les yeux, mal à l’aise quant à ce que Francesca avait dit au sujet d’Antonio.

-Mama ? Qu’est-ce qu’elle a dit ?


-Elle a parlé de choses et d'autres.....

-Mama......

Carmen soupira.

-Elle a aussi dit qu’un aussi bel homme ne devrait pas se cacher sous un col blanc. Mon Dieu Antonio……

Antonio se dandinait d’un pied sur l’autre.

-C’est bien le style de Francesca ça. Ecoute mama…..

-Non, ça n’est pas la peine m’hijo, j’ai tout de suite senti que cette femme était……….. Mais elle a parlé de Gabi et…..

Antonio détourna les yeux de ceux de sa mère.

-Qu’est-ce que tu me caches Antonio ?

Il soupira, las.

-Rien mama.

-Antonio je t’avais prévenu cette femme est……..

-Mama stop !!

Elle le dévisagea.

-Qu’est-ce qu’elle t’a fait !?

-Qu’est-ce que tu veux dire ?

-Gabi. Gabi t’as fait quelque chose.

Oh oh.

-Mama tu divagues.

-Non. Je suis sûre de moi. Je ressens…

-Mama !!

Elle s'arrêta de parler. Elle n'avait jamais vraiment fait attention à l'entêtement d'Antonio de toujours défendre Gabi. Il était prêtre, voir le meilleur en chacun de nous était sa raison de vivre, mais avec ce que lui avait dit cette femme.... un doute déplaisant s'installait dans son esprit.
Il fallait qu’elle sorte son tarot, et bien sur devant Antonio ça allait être difficile.

-Antonio je suis désolée.

-Vraiment ?

-Oui. Je suis fatiguée de toujours me disputer avec toi à propos de Gabi.

-Je suis désolé aussi, mais je voudrai que tu comprennes que Gabi n’est pas la femme que tu crois.

-Peut-être.

Elle regarda l’heure.

-J’ai un rendez-vous dans peu de temps Antonio.

-D’accord mama, j’ai comprit tu veux te débarrasser de moi !

Ils rirent ensemble. Il la serra dans les bras et lui promis de repasser bientôt.

Carmen fut soulagée de le voir partir sans qu’il ne soit fâché contre elle, mais son comportement ne lui paraissait pas clair.
Les déclarations de Francesca lui revenant en mémoire, elle sorti ses cartes pour découvrir en quoi son fils avait été un « mauvais garçon ».

&&&&&
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Jeu 9 Avr - 21:57 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 10:


Rentrant à la mission contrariée, il alla prendre une douche. Il sorti de la salle de bain en boxer, une serviette à la main. Relevant la tête il constata qu’il n’était pas seul dans la chambre.

-Comment êtes-vous entré ?!

-Bonsoir Antonio.

Francesca était assise sur le lit, jouant négligemment avec la bretelle de son haut.
Elle releva vers lui des yeux envieux et un sourire appréciateur détendait ses traits.
Gêné, il s’enroula dans la serviette pour essayer tant bien que mal de se cacher.

-Ca n’est pas la peine de vous cacher Antonio. Croyez-moi vous n’en avez pas besoin.

Elle se leva et s’avança vers lui, puis posa ses mains sur son torse et les descendit lentement, jusqu’à ce qu’elles butent sur le nœud de la dite serviette.

-Alors, je la défais ou pas ?

Il lui captura la main avant que celle-ci ne fasse quelque chose d’irrémédiable.

-Assez !

-Et moi qui croyais que vous alliez dire « encore » ! Vous me décevez.

Elle revint à la charge, ses mains nettement plus en haut cette fois. Il la prit par les épaules et la recula.

-Ca suffit Francesca !

Il la repoussa violemment et elle buta contre le lit.

-Je ne veux pas que vous me touchiez, je ne veux pas que vous m’approchiez. D’ailleurs ce que je veux c’est que vous soyez partie quand je reviendrai !!

Blessée dans son amour propre encore une fois, elle lutait pour ne pas pleurer et parvint à soutenir son regard.

-Vous ressemblez à votre maitresse Mon Père.


Elle remarqua son air interrogateur.

-Oui Antonio vous vous souvenez quand même de votre titre !?

-J’en ai assez !

Secouant la tête, il ramassa les affaires qu’il trouva et parti.

Francesca se laissa alors à pleurer. Pleurer parce que qui que soit les hommes qu’elle approchait, ils la fuyaient. Cole, Antonio, personne ne voulait d’elle.

Essuyant ses larmes d’un geste rageur, elle se promit qu’elle aurait la peau d’Antonio. Et tant pis s’il préférait la manière forte.

&&&&&
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Ven 10 Avr - 23:09 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 11:


Antonio avait réussi à s’habiller décemment, un jeans et sa chemise cléricale, sans son sempiternel col blanc pour une fois, d’ailleurs sa chemise n’était qu’à moitié boutonné.
Il erra pendant un bon moment, l’air étant doux, et fini, sans vraiment l’avoir prémédité, chez son frère. Il n’eut même pas le temps de frapper à la porte, que celle-ci s’ouvrit sur Ricardo.

-T ! Qu’est-ce que tu fais là !?

-Ricardo ! Et bien je pensais….

-Ecoute j’ai pas trop le temps là je suis à la bourre mais je suis sur que Gabi ne t’en voudrait pas de me remplacer.

-Te remplacer ?

-Ouais. Elle à l’air un peu…. déprimé, ça serait bien que tu passes un peu de temps avec elle.

Génial ! Après tout c’est ce qu’il cherchait.

-Pas de problème.

-Merci petit frère ! Je te revaudrai ça !

Ricardo dévala les marches quatre à quatre. Antonio ferma la porte en rentrant.

-Ricardo tu as oublié quel….. Oh Antonio.

-Salut.

Il lui sourit timidement. Elle lui tourna le dos et continua sa vaisselle.

-Qu’est-ce qui t’amène ?

-Je….. voulais juste prendre des nouvelles.

Elle se retourna, dubitative et prit alors conscience de sa tenue peu conventionnelle.

-Qu’est-ce qui t’es arrivé ?

-Pardon ?

Elle le désigna du menton. Se regardant il comprit.

-Oh ça. J’ai eu un petit imprévu avec Francesca.

Silence.

Il ne comprit que trop tard la bourde qu’il venait de faire.

-Francesca, bien sur.

Merde !

Ricardo venait de le prévenir que Gabi n’était pas dans son assiette et lui il lui parlait tranquillement de Francesca ! Non mais à quoi il pensait !?
Il la vit serrer le torchon qu’elle avait en main. Il s’approcha d’elle, l’encercla et la retint tout contre lui.

-Ce n’est pas ce que tu crois.

Elle acquiesça doucement, inspirant lentement, heureuse de pouvoir être contre lui.

-Que s’est-il passé alors ?

-Je sortais de ma douche et elle m’attendait dans ma chambre.

Il la vit de nouveau triturer le malheureux torchon et se dit que finalement il n’aurait pas du dire ça.

-Il ne s’est rien passé. Elle n’a rien vu.

Pour une raison qu’il lui était inconnue, il lui déposa un baiser dans les cheveux.

-Mais elle a essayé.

-Elle a essayé, ça m’a mit en colère et je suis parti avec ce que j’avais sous la main.

-Un jeans et une chemise !?

Elle se retourna alors dans ses bras et il pu voir qu’elle souriait.

-Et pas n’importe quelle chemise à ce que je vois.

Mut pas une envie soudaine, elle vint lui déposer un léger baiser à la naissance de la gorge, là où d’ordinaire son col blanc trônait fier et immaculé. Il ferma les yeux.

-J’aime ce nouveau style.

Elle sourit et posa de nouveau ses lèvres sur sa peau chaude, vibrante, tentante.

-Gabi……

Elle respira son odeur, celle qui lui avait tant manqué. Lui.

Elle le torturait. Mais quelle plus douce torture que celle là !?
Il la repoussa alors pour pouvoir enfin la voir. Joues rouge, lèvres entrouvertes et quémandeuses, pupilles dilatées, respiration saccadée. Il ne lui en fallu pas plus pour céder.

Sa bouche vint s’écraser sur celle de Gabi, leurs langues bataillant pour avoir le dessus, ils retrouvaient enfin ces sensations qu’ils pensaient perdues. Gabi quitta momentanément sa bouche pour repartir le long de sa gorge, de sa clavicule, puis défit le reste des boutons quand il la remonta à lui. La poussant durement contre le plan de travail, il réattaqua sa bouche, ses mains étaient passées sous son débardeur et la caressaient lascivement. Il remonta tout doucement vers son soutien-gorge….

- Vous ressemblez à votre maitresse Mon Père. Oui Antonio vous vous souvenez quand même de votre titre !? –

Il rouvrit subitement les yeux. Mon Dieu mais qu’est-ce qu’il faisait !?!?

-Antonio ?

Oh Seigneur !

Il descendit les yeux et tomba sur Gabi. Les cheveux ébouriffés, les lèvres pulpeuses de ses baisers et ses yeux encore plus brun qu’à l’ordinaire, qui ne comprenaient pas.

-Je suis désolé Gabi.

Il la lâcha, essaya de se réajuster et parti sans prendre la peine de fermer la porte.

Elle ferma les yeux, ne comprenant pas se qui venait de se passer. Antonio et elle avaient faillit faire de nouveau l’amour.

Dans sa cuisine, sa cuisine et celle de Ricardo.

Oh Mon Dieu !!!!!!!!

Elle remercia silencieusement Antonio d’avoir eu le courage de partir. Dieu sait qu’elle n’aurait pas pu s’arrêter. Pas plus qu’elle en avait envie.

&&&&&
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Ven 10 Avr - 23:10 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 12:


La première chose que Gabi constata en se levant ce matin c’était qu’elle n’avait pas assez dormi. La seconde c’était qu’il lui fallait du café, une tonne de café.
Le fait qu’elle soit seule dans le lit ne l’avait certainement pas aidé à trouver le sommeil, pas plus que la visite éclaire d’Antonio. Mais quelle visite !!..... Elle en rougirait presque, c’était idiot.

Regardant sa montre, elle vit qu’elle devait se dépêcher si elle ne voulait pas être en retard au poste. Et puis il y avait toujours cette histoire d’argent.

Elle soupira, se demandant si elle ne pouvait pas passer voir Antonio dans la journée.

***

En rentrant le soir, elle remarqua qu’elle avait toujours autant besoin de café. Angoissée comme elle était ce n’était pas une bonne chose mais elle en avait vraiment besoin, en particulier aujourd’hui. Ricardo s’était montré exécrable et autoritaire, une affaire qui ne se déroulait pas comme prévue semble-t-il, elle n’avait pu approcher la pièce des scellés, et elle avait en plus de ça reçu des appels avec personne au bout du fil. Et pour couronner le tout elle n’avait même pas pu aller voir Antonio. Ce qui était peut-être une bonne chose en soi quand on savait ce qui avait failli se produire la dernière fois.
Inspirant profondément et buvant une gorgée de café, elle se dirigea vers le téléphone.

Appeler Antonio ou ne pas appeler Antonio ?

On frappa à la porte. Dilemme résolu !

Reposant le combiné elle alla ouvrir.

-La seule personne que je n’ai vraiment pas envie de voir à cette heure !

-Pour moi aussi c’est toujours un plaisir de vous revoir Gabi ! Je peux entrer !?

Gabi, exténuée, s’effaça pour la laissé passer.

-Qu’est-ce qui se passe encore !? Si vous êtes venue pour votre arg…..

-Non, Antonio m’a dit que vous alliez bientôt vous en occupé et c’est un homme de paroles, n’est-ce pas Gabi ?

Gabi soupira, elle n’avait vraiment pas la force pour ça.

-Vous voulez du café ?

Francesca fronça les sourcils.

-Quelque chose ne va pas ?

What the Hell !!??

-Si si tout va bien !! Francesca vous nous faites chanter Antonio et moi depuis des semaines, vous venez ici, vous le harcelez et vous osez me demander ce qui ne va pas !?

-Hé oh doucement ! Je ne suis pas sourde.

Elle détailla Gabi plus longuement.

-En fait c’est ce qui vous gène le plus n’est-ce pas ?

-De quoi ?

-De savoir que je le « harcèle » comme vous dites.

-Non.

Francesca pencha la tête sur le coté, pensive.

-Je me demande bien ce que votre prêtre bien aimé vous a réellement raconté.

Gabi prit sur elle pour ne pas sauter à la gorge de Francesca.

-Tout.

Elle eu un haussement de sourcils dubitatif.

-Tout !? Vous êtes sûre ?

-Oui. Ecoutez Francesca je…..

-Il vous a dit comment, à plusieurs reprises, mes mains se sont retrouvées sur son torse ? Il vous a dit que je l’ai vu à moitié nu, sortant de la douche ?

-LA FERME !!

Voir Gabi, pleurant tout en se tenant les oreilles pour ne pas entendre, était un spectacle des plus réjouissants. Elle sourit triomphalement.

-Alors…. ? Il vous l’avait dit ?

Relevant les yeux fièrement et essuyant quelques larmes, Gabi lui répondit.

-Oui, il m’en a parlé. D’ailleurs je devrai plutôt vous remercier.

-Me remercier ?!

-Grâce à vous j’ai eu le droit à une tenue un peu moins conventionnelle.

Francesca laissa exploser un rire.

-Oh voyez-vous ça ! Après notre petit « incident » il est venu directement vous voir ! J’espère que vous êtes resté sages tous les deux !

Gabi ne put s’empêcher de détourner les yeux.

Francesca fut intriguée, comment pouvait-il la repousser alors qu’ils y allaient comme des lapins avec Gabi !?

-Non ?! Ne me dites pas que vous avez tourné une version « Director’s Cut » de votre film personnel ?!!

-Francesca !!

Elle était surprise, bien plus même, et un petit peu jalouse il est vrai. Se reprenant cependant très rapidement, elle enchaina d’un air mutin.

-Alors ? Il est toujours aussi bon ?

-Fran……

Rêveuse, elle continua.

-Je me demande si le célibat pendant autant d’années joue sur sa libido !? Bien sur avec vous il doit s’en donner à cœur joie !

-Francesca vous n’êtes qu’une sale petite……

Avec tout ça, elle n’entendirent pas la porte s’ouvrir.

-Qu’est-ce qui se passe ici ?!

Gabi baissa les yeux, priant pour qu’il n’ait rien entendu et Francesca le regardait en souriant.

-Alors…. Gabi ?

-Rien.

-De quoi vous parliez ?

-De…..

Francesca fut plus rapide.

-De trucs de filles ! N’est-ce pas Gabi ?

Elle se tourna alors vers elle.

-Ouais c’est bien ça.

-Vous êtes sures ?

-Oui Inspecteur ! Bon maintenant que vous êtes rentré je vais vous laissé en amoureux. A plus tard Gabi !

Seul le bruit de la porte se fit entendre.

Ricardo, soupçonneux et pas vraiment d’humeur, se tourna vers Gabi.

-Alors ?

-Alors quoi ?

- De quoi étiez-vous vraiment en train de parler ?

-Elle te l’a dit. De trucs de filles, rien d’important.

Il n’était pas convaincu.

-Gabi, Francesca est source d’ennuis et….

-Je sais. Crois-moi je sais.

-Tu as des ennuis ?

Elle s’arrêta et le regarda dans les yeux.

-Non, sinon je t’en parlerai.

Il se détendit instantanément.

-Bien.

Il s’approcha d’elle et l’embrassa.

-Ecoute Gabi pour tout à l’heure je suis désolé. Aujourd’hui n’a pas été une super journée et…..

Et Gabi, elle, était à mille lieux de ça. Les paroles de Francesca résonnant encore dans son esprit.

&&&&&
Revenir en haut
Friends93
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 10 Fév 2008
Messages: 235
Localisation: Villepinte

MessagePosté le: Sam 11 Avr - 14:27 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

J'ai lu les 2 premiers chapitre et j'adore Bravo , je suis préssé de voir la suite surtout si y'a une conversation entre Gabi et Antonio Veryhappy  .

ça me choque quand même le marché d'Antonio car si elle accepte il sera encore plus dans la m..... Saispas .
_________________
http://nick-kiriazis.skyblog.com ; http://nk.zone.free.fr ; http://sunset-beach.ifrance.com
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 12 Avr - 01:59 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Ouais c'est vrai mais bon ils sont déjà dans la desh et il pense peut-être qu'il a une chance de gérer le problème, enfin tu verras lol
En tout cas j'suis contente que ma nouvelle fic te plaise Happy
Tu vas en avoir de la lecture à ton retour lol j'suis désolée
Revenir en haut
missycam
Etape 7 - Sous les décombres


Inscrit le: 09 Oct 2008
Messages: 259
Localisation: paris

MessagePosté le: Dim 12 Avr - 02:01 (2009)    Sujet du message: La proposition Répondre en citant

Chapitre 13:


Elle était accoudée à la rambarde regardant les vagues mourir sur les rochers.
L’air frais lui faisait du bien, l’apaisant dans la tourmente de l’instant. Francesca et son argent, Ricardo et son devoir envers lui et Antonio et les sentiments qu’elle avait bien du mal à combattre, tout ça l’épuisait physiquement et moralement.
Elle devait s’occuper de chaque point un à un.

Il la regardait de loin et elle était magnifique. Comment Dieu avait pu la mettre sur son chemin alors qu’il s’était offert à lui ?! Etait-ce un test ? Et comment voulait-il qu’il lui résiste ? Qu’il résiste à l’Amour avec un grand A.

Il inspira profondément, chassant ses idées tortueuses. Elle lui avait donné rendez-vous ici et maintenant qu’il y était il avait presque peur de la déranger dans sa contemplation de l’océan.

-Gabi ?

Elle se retourna et le regarda dans les yeux. Dieu ce qu’elle pouvait aimer cet homme.

-Bonsoir. Merci d’être venu.

Il lui sourit timidement.

-Tu m’as dit que c’était important. Et puis tu me manquais.

Elle détourna les yeux.

-Je….. Il y a quelques jours j’ai rendu visite à Francesca et j’ai vu des cassettes.

Il vit qu’elle ne voulait approfondir leur cas et ne se risqua donc pas à lui demander s’il lui avait manqué, ne serait-ce qu’un tout petit peu. Il se fustigea.

-Tu sais si il y’a notre cassette dans le lot ?

-Comment veux-tu que je le sache !? Ce n’est pas comme si elle m’avait invité à les regarder en prenant le thé !

Antonio fut surpris, mais ne broncha pas. Elle avait l’air exténué, bien plus que lui.

Elle baissa la tête, honteuse de s’être emportée contre lui.

-Je suis désolée Antonio. C’est juste que…….

-Tu voudrais que ça se finisse.

-Oui.

-Crois-moi je sais ce que c’est.

Elle lui prit la main.

-Tu vas bien ?

C’est dans des moments comme ceux là qu’il avait envie de tout quitter, pour elle.
Amenant sa main à la bouche, il déposa un tendre baiser sur ses phalanges.

-Oui ne t’inquiète pas.

-Pour ça je ne peux rien te promettre.

Ils se sourirent, pensant à un monde où ils pourraient se promettre, tout se promettre.

-Alors, qu’est-ce que tu propose ?

-Quoi ?!

-Pour les cassettes.

-Oh, et bien je pensais que si on était surs que Francesca soit occupée pendant assez longtemps, je pourrai aller vérifier leur contenu.

-Ouais mais il faudrait être sur qu’elle ne revienne pas trop tôt.

-Tu sais elle m’a l’air d’avoir énormément d’affaires en cours. Ce n’est pas les candidats qui manquent. Cole, Caitlin, AJ….

-Oui mais à moins de les mettre dans la confidence, ce que nous ne ferons pas, il n’y a pas de moyens d’être sur qu’elle soit occupée. A moins que….

-N’y pense même pas !

-Gabi ! Tu sais que c’est la seule solution.

-Non. Je trouve qu’elle passe déjà assez de temps avec toi sans qu’on ne lui donne une bonne excuse.

-Gabi arrête.

-Antonio la dernière fois qu’elle t’a vu elle a faillit….

-Tu es ridicule !

Gabi se tut, les larmes menaçant de couler.

Quant à Antonio il était fâché, et attristé. Qu’est-ce qu’elle croyait ! Qu’il ne croyait pas en ses vœux et qu’il était prêt à faire l’amour avec n’importe qui !?
Il lui mit les mains sur les épaules.

-Gabi. Regarde-moi s’il te plait.

Elle tourna vers lui ses prunelles brunes, qui malheureusement baignaient de larmes.

-Je suis prêtre. Et Francesca aura beau faire tout ce qu’elle voudra, je ne coucherai pas avec elle.

Il essuya de son pouce les quelques larmes qui s’étaient échappées.

-Mais…

Son pouce vint la faire taire.

-Tu penses vraiment que je ne suis pas capable de résister à ses charmes ?!

Il eut du mal à cacher son expression peinée.

Elle embrassa son doigt posé sur ses lèvres.

-Non. Je sais que tu ne vas pas coucher avec elle. Même si tu le lui as proposé.

-Je croyais qu’on avait déjà réglé ce détail.

-Je sais.

-Alors tu sais qu’on n’a pas vraiment le choix. Je dois l’occupé pendant que tu iras fouiller chez elle.

-D’accord mais tu me promets qu’il ne se passera rien ?

Il sourit, son cœur gonflé d’amour pour elle. Seule elle était capable de lui demander à lui, un prêtre, de promettre qu’il ne se passera rien avec une autre femme.

-Parole de scout !

Elle ria et vint se blottir dans ses bras. Il l’embrassa alors tendrement sur le front.

-J’aime ton rire.

-Et moi je t’aime.

Elle baissa les yeux après que l’aveu lui ait échappé, mais il vint lui relever la tête pour pouvoir la regarder dans les yeux.

-Je sais. Je t’aime aussi.

Le soleil se couchait sur Sunset et si on regardait le ponton, le soleil en contre jour, éblouissant, on pouvait distinguer la silhouette d’un couple enlacé, sans vraiment savoir de qui il s'agissait.

&&&&&
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:34 (2016)    Sujet du message: La proposition

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Antonio & Gabi - La Passion d'un Amour Impossible Index du Forum -> Créations -> Fanfictions Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com